Professionnels de la santé

Programme de conseils pharmaceutiques

À compter du 1er septembre 2011, la première étape de l’expansion des services de pharmacie professionnels, qui consiste à déterminer les éventuels problèmes liés aux médicaments au moment de l’exécution d’une ordonnance, portera le nouveau nom de Programme de conseils pharmaceutiques et comprendra aussi une intervention clinique établie par le pharmacien au moment de la revue des médicaments du programme MedsCheck.

Dans le cadre du Programme de conseils pharmaceutiques, le pharmacien décèle un éventuel problème lié aux médicaments au moment d’exécuter une nouvelle ordonnance, de renouveler une ordonnance ou lors d’une revue de médicaments du programme MedsCheck.

Par suite du conseil pharmaceutique, et selon la consultation du prescripteur, il se peut que le médicament ne soit pas délivré, qu’il soit délivré conformément à la prescription ou que le traitement soit ajusté (par exemple, en ajoutant un médicament ou en mettant fin au traitement).

Afin de toucher des honoraires de services professionnels, le pharmacien doit prendre en note le médicament qui pose problème et faire des recommandations au prescripteur en visant l’atteinte des objectifs du Programme de conseils pharmaceutiques.

La première étape de l’expansion du Programme de conseils pharmaceutiques a pour objectifs :

Un conseil pharmaceutique devrait avoir l’une ou l’autre des issues suivantes :

  1. L’ordonnance n’est pas exécutée. Le pharmacien ne délivre pas le médicament pour des raisons d’ordonnance fausse ou falsifiée ou de problèmes cliniques soulevés lors de la consultation avec le prescripteur.
  2. L’ordonnance est exécutée conformément à la prescription. Le pharmacien discute de sa recommandation avec le prescripteur et aucune modification n’est apportée à l’ordonnance, qui est exécutée conformément à la prescription; l’ordonnance est exécutée, conformément à la prescription, par suite de la revue du programme MedsCheck.
  3. L’ordonnance est modifiée. Le pharmacien discute de sa recommandation avec le prescripteur et l’ordonnance est modifiée en conséquence.
Types d’interventions relatives à un conseil pharmaceutique

Dans les cas où l’ordonnance n’a pas déjà été entrée dans le Système du réseau de santé (SRS), le pharmacien peut donner un conseil pharmaceutique en s’appuyant sur l’un des critères d’intervention ou problèmes reliés aux médicaments ci-dessous

  1. chevauchement thérapeutique – le médicament n’est peut-être pas nécessaire;
  2. médicament requis – le patient a besoin d’une autre pharmacothérapie;
  3. réaction sous-optimale à un médicament – le médicament n’a pas les effets escomptés;
  4. dose trop faible;
  5. effet indésirable d’un médicament – possiblement à cause d’une allergie ou d’une interaction avec un autre médicament ou un aliment;
  6. dose dangereusement élevée – le patient risque de prendre une trop forte dose du médicament, accidentellement ou volontairement;
  7. non-respect de l’ordonnance – le patient refuse de prendre le médicament, ou il ne le prend pas correctement;
  8. confirmation d’une ordonnance fausse ou falsifiée.
Définition des critères d’intervention ou problèmes reliés aux médicaments
  1. Chevauchement thérapeutique – le médicament n’est peut-être pas nécessaire
    Le patient prend déjà le médicament prescrit ou un médicament de la même catégorie thérapeutique. Le médicament prescrit pourrait ne pas avoir d’avantage clinique pour le patient, ou il pourrait lui être néfaste.
  2. Médicament requis – le patient a besoin d’une autre pharmacothérapie
    Le patient a besoin d’un autre médicament pour traiter ou prévenir un état pathologique.
  3. Réaction sous-optimale à un médicament – le médicament n’a pas les effets escomptés
    Le médicament n’est pas le plus efficace ou n’est pas efficace pour traiter le problème médical. Cela peut se produire dans les cas où :
    • la forme pharmaceutique du médicament ne convient pas;
    • l’état pathologique est réfractaire au médicament (résiste à la pharmacothérapie);
    • le patient a déjà pris le médicament prescrit et il n’en a pas retiré les bienfaits escomptés.

    Cela comprend les cas où l’ordonnance est répétée ou lorsque le patient participe pour une deuxième fois au Programme d’essai de médicaments délivrés sur ordonnance et que le pharmacien établit que le patient ne retire pas les bienfaits escomptés du médicament.

  4. Dose trop faible
    La dose quotidienne totale est inférieure à la recommandation habituelle et il y a peu d’avantage clinique pour le patient à prendre le médicament selon la dose prescrite.
  5. Effet indésirable d’un médicament – possiblement à cause d’une allergie ou d’une interaction avec un autre médicament ou un aliment
    Il pourrait y avoir une interaction entre le médicament prescrit et la pharmacothérapie du patient ou son état pathologique, ou le médicament est contre-indiqué pendant la grossesse, l’allaitement ou un autre état.

    L’interaction médicamenteuse est telle qu’elle pourrait être passablement néfaste pour le patient.

    Le patient a déjà pris le médicament, qui a causé des effets indésirables, une allergie ou des effets secondaires d’une telle ampleur que la prise du médicament a dû cesser. Le pharmacien juge que le patient ne devrait plus prendre ce médicament.

    Cela comprend les répétitions d’ordonnance dans les cas où le médicament prescrit provoque des effets indésirables qui incitent le pharmacien à faire cesser la prise du médicament.

  6. Dose dangereusement élevée – le patient risque de prendre une trop forte dose du médicament, accidentellement ou volontairement
    La dose quotidienne totale est supérieure à la dose maximale recommandée et risque d’être néfaste pour le patient.
  7. Non-respect de l’ordonnance – le patient refuse de prendre le médicament, ou il ne le prend pas correctement
    • Le patient ne comprend pas le mode d’emploi.
    • Le patient préfère ne pas prendre le médicament, ou il oublie de le prendre.
    • Le patient n’est pas capable d’avaler le médicament ou de se l’administrer correctement.
    • La fréquence à laquelle le patient prend le médicament ne correspond pas à la fréquence prescrite.
  8. Confirmation d’une ordonnance fausse ou falsifiée
    Le pharmacien ou le technicien pharmaceutique doit confirmer la validité de l’ordonnance avec le prescripteur ou les références appropriées, y compris l’organisme de réglementation du prescripteur.

    Une copie de l’ordonnance fausse ou falsifiée est gardée aux fins du dossier, avec un renvoi vers la demande de règlement à l’égard du conseil pharmaceutique; l’information doit comprendre les résultats relatifs à la confirmation de falsification.

    Dans la plupart des cas, les recommandations aux prescripteurs concernant la falsification ne s’appliquent pas compte tenu de la nature de l’intervention.

    Les pharmaciens doivent signaler la falsification à l’autorité concernée.

Processus

Reconnaissance d’un problème relié aux médicaments

  • En exécutant une ordonnance ou en effectuant une revue de médicaments dans le cadre du programme MedsCheck, le pharmacien décèle un problème, réel ou possible, dont il juge préférable de discuter avec le prescripteur du médicament.

Communication avec le prescripteur

  • Quand il reconnaît un critère d’intervention relativement à une ordonnance ou à une revue de médicaments du programme MedsCheck, le pharmacien doit communiquer avec le prescripteur afin de discuter du possible problème relié aux médicaments.
  • Le pharmacien fait sa recommandation au prescripteur et documente l’intervention sur l’ordonnance ou, dans le cadre du programme MedsCheck, sur le modèle de revue des médicaments (p. ex. le problème relié aux médicaments et sa recommandation).
  • Le pharmacien doit également noter, sur l’ordonnance ou sur le modèle de revue des médicaments, le résultat de son intervention auprès du prescripteur :
    • L’ordonnance n’est pas exécutée.
    • L’ordonnance est exécutée conformément à la prescription; le traitement se poursuit.
    • L’ordonnance est modifiée (par exemple, en ajoutant un médicament ou en mettant fin au traitement) et exécutée en tenant compte des changements.
  • Les principaux éléments de la discussion entre le pharmacien et le prescripteur doivent également être documentés.

Communication avec le patient

  • Le pharmacien doit informer le patient (ou le fournisseur de soins) de la raison pour laquelle l’ordonnance ne sera pas exécutée conformément à la prescription ou, s’il s’agit d’un entretien MedsCheck, du problème lié au médicament.
  • Le pharmacien doit également discuter d’un autre plan thérapeutique possible (s’il y a lieu) et en informer le patient et le prescripteur.
  • Le pharmacien remettra au patient une revue MedsCheck à jour, selon les résultats de la recherche sur le problème lié au médicament, si l’intervention a résulté d’une revue effectuée dans le cadre de ce programme.

Information

L’information doit être intégrée au dossier électronique du patient ou au registre des imprimés des ordonnances. Dans le cadre d’une revue MedsCheck, l’information est conforme aux normes de ce programme. Elle doit être dans un format facilement récupérable. L’utilisation d’un formulaire de conseils pharmaceutiques est également acceptée, à condition que l’information fournie dans le cadre du conseil pharmaceutique porte un renvoi vers l’ordonnance originale et modifiée, le cas échéant. L’information doit comprendre au moins les renseignements suivants :

  1. Une description du problème relié aux médicaments (il y a huit raisons de ne pas exécuter une ordonnance telle qu’elle a été prescrite).
  2. La recommandation faite au prescripteur.
  3. Le nom du prescripteur et la date à laquelle il a été contacté.
  4. Le plan d’action ou le résultat de la discussion avec le patient.
  5. Le libellé du résultat. Il y a trois issues possibles : l’ordonnance n’est pas exécutée pour cause de falsification confirmée ou de problème clinique; la recommandation du pharmacien n’a pas donné lieu à une modification de l’ordonnance, qui est exécutée telle qu’elle a été prescrite; la recommandation du pharmacien a donné lieu à une modification de l’ordonnance.
  6. La date de la transaction et la signature du pharmacien.
  7. Tout autre renseignement requis pour justifier la décision.

Archivage de l’information

Si un paiement est effectué à l’égard d’une demande de règlement, l’original ou une copie de l’ordonnance, verbale ou écrite, ou le formulaire de revue de médicaments du programme MedsCheck, ainsi que tous les documents à l’appui signés et datés doivent être gardés à la pharmacie, dans un format facilement récupérable, pour une période d’au moins deux ans aux fins de vérification. Tous les dossiers des patients doivent être conservés par le pharmacien dans un format accessible à la pharmacie pour une période d’au moins dix ans.

Les demandes de règlement soumises par les pharmaciens doivent renfermer le NIP s’appliquant à l’issue du conseil pharmaceutique donné à l’égard de l’ordonnance ou de la revue de médicaments du programme MedsCheck.

Cas NON admissibles au Programme de conseils pharmaceutiques :

Sauf dans les cas confirmés d’ordonnance fausse ou falsifiée, le pharmacien ne peut réclamer de paiement pour un conseil pharmaceutique s’il n’a pas fait de recommandation au prescripteur.

Voici quelques exemples de ce qui n’est PAS admissible à un paiement :
(Cette liste n’est pas complète.)

  1. La décision de ne pas exécuter une ordonnance parce que la pharmacie n’a pas le médicament en stock ou que l’ordonnance est mise en attente.
  2. La décision est prise en réaction à une alerte de l’examen de l’utilisation des médicaments (p. ex. : présentation trop rapide ou tardive de l’ordonnance), quand aucun autre suivi n’est fait auprès du prescripteur. Sont inclus les cas où le Système du réseau de santé du Programme de médicaments de l’Ontario rejette une demande de règlement.
  3. Le pharmacien communique avec le prescripteur pour obtenir un renseignement manquant sur l’ordonnance, par exemple la dose, ou pour clarifier une écriture illisible. Préciser une dose ou une concentration sans faire de recommandation ne constitue pas une intervention clinique.
  4. Le pharmacien remet le dossier du patient ou une liste de ses médicaments au prescripteur ou au patient lui-même sans autre consultation.
  5. Le pharmacien communique avec le prescripteur pour remplacer le médicament par un médicament admissible.
Information sur les demandes de règlement

Depuis le 1er avril 2011, les bénéficiaires du Programme de médicaments de l’Ontario peuvent se prévaloir des services offerts dans le cadre du Programme de conseils pharmaceutiques au moment où ils remettent leur ordonnance au pharmacien. Les services liés à un problème décelé pendant une revue des médicaments du programme MedsCheck seront offerts dès le 1er septembre 2011.

Paiement
Le montant versé à la pharmacie pour un conseil pharmaceutique (intervention relativement à une ordonnance) est de 15 $.

Demande de règlement

  • Une demande de règlement peut être soumise une fois que le conseil pharmaceutique a été donné, que le patient a été informé, que le prescripteur a été contacté et que les documents requis ont été remplis et signés par le pharmacien.
  • Des codes d’intervention particuliers seront utilisés pour chaque demande de règlement.
    • Le code d’intervention « PS » sera requis.
    • Le code ID du pharmacien devra être inclus dans la demande de règlement.

La demande de règlement doit être soumise selon le même processus que les autres demandes de règlement relatives à des services professionnels, en indiquant le numéro d’identification de produit (NIP) attribué à l’issue du conseil pharmaceutique :

Désignation du NIP Description
NIP 93899991 Falsification confirmée Ordonnance non exécutée L’ordonnance n’est pas exécutée conformément à la prescription en raison d’un problème clinique ou parce qu’il a été confirmé qu’il s’agit d’une fausse ordonnance.
NIP 93899992 Ordonnance non modifiée La recommandation du pharmacien au prescripteur n’a pas entraîné de modification de l’ordonnance; elle est exécutée conformément à la prescription.
NIP 93899993 Ordonnance modifiée La recommandation du pharmacien au prescripteur a entraîné une modification de l’ordonnance, qui a ensuite été exécutée.

Tous les documents qui accompagnent la demande de règlement doivent comporter un renvoi vers l’ordonnance ou la revue des médicaments du programme MedsCheck et indiquer la raison du conseil pharmaceutique.

Toutes les demandes de règlement seront examinées par le Ministère et les montants versés pour des demandes s’appliquant à des non-bénéficiaires du PMO seront automatiquement récupérés à même les paiements futurs.

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 866 532-3161
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559. À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h