Rapports du ministère

Un système d'avertissement et d'information de chaleur harmonisé pour l'Ontario (SAIC)

ISBN 978-1-4606-8670-6


Table des matières

Introduction
Chapitre 1 : Rôles et responsabilités
Chapitre 2 : Éléments déclencheurs des avertissements de chaleur
Chapitre 3 : Processus d'avertissement
Chapitre 4 : Communication et diffusion de messages
Annexe 1
Annexe 2

Introduction

  • la gouvernance : rôles, responsabilités et structures de prise de décision;
  • les éléments déclencheurs pour l'émission d'avertissements de chaleur à l'intention des bureaux de santé depuis une source centrale, et les mécanismes de diffusion de ces avertissements;
  • les définitions des avertissements, ainsi que les activités principales suggérées;
  • la diffusion de messages pour appuyer les différents niveaux d'avertissements;
  • les orientations sur la planification visant à aider les bureaux de santé et les partenaires locaux à élaborer leurs plans d'intervention en cas de chaleur.

Ce document est destiné aux conseils de santé et des bureaux de santé de l'Ontario pour les aider dans leur planification. D'autres paliers de gouvernement et partenaires potentiels peuvent aussi adopter les orientations énoncées dans ce document.

Il existe, cependant, une grande variété de plans d'intervention locaux. Des activités essentielles régies par le SAIC sont axées sur les processus de communication des avis. Le SAIC permettra aux bureaux de santé de renforcer la cohérence des interventions en cas de période de chaleur accablante et de mieux protéger les résidants, les membres de la communauté vulnérables et les visiteurs.

LE SAIC de l'Ontario a tiré des leçons du système pilote d'alerte et d'intervention élaboré pour les Jeux panaméricains de 2015. En outre, ces orientations ont été élaborées en s'appuyant sur le travail de l'équipe responsable du projet sur la santé en période de chaleur. Les membres de cette équipe se réunissent depuis 2012. Fruit d'une collaboration entre divers organismes, l’équipe se compose du ministère de la Santé et des Soins de longue durée, des bureaux de santé, de Santé publique Ontario, de Santé Canada et d'Environnement et Changement climatique Canada.

Chapitre 1 : Rôles et responsabilités

Les Normes de santé publique de l'Ontario (NSPO) établissent les exigences minimales imposées aux programmes et services de santé publique fondamentaux qui sont offerts par les 36 conseils de santé de l'Ontario et qui incluent l'évaluation et la surveillance, la promotion de la santé et l'élaboration de politiques, la prévention des maladies et des blessures ainsi que la protection de la santé. Les NSPO sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée, conformément à l'article 7 de la Loi sur la protection et la promotion de la santé, L.R.O. 1990, chap. H.7. Il existe un mécanisme important par lequel on peut atteindre une normalisation plus étendue dans le cadre d'une mise en œuvre à l'échelle de la province de programmes de santé publique. En vertu des NSPO, les programmes de prévention et de gestion des risques pour la santé sont axés sur la prévention et la réduction du fardeau de la maladie liés aux dangers pour la santé dans l'environnement, notamment des conditions météorologiques et des températures extrêmes.

Aperçu du rôle des bureaux de santé dans le SAIC
Les mesures prises par les bureaux de santé pour limiter les répercussions de la chaleur sur la santé peuvent inclure des mesures de mise en alerte et d'intervention. Les mesures d'intervention régies directement par les bureaux de santé sont variées en raison de la diversité des plans d'intervention en cas de chaleur dans les municipalités. Les bureaux de santé peuvent aussi avoir différentes responsabilités en ce qui concerne leur collaboration avec les municipalités et autres partenaires communautaires pour s'assurer que tous les aspects des plans d'intervention sont appliqués. Les bureaux de santé doivent veiller à ce que les rôles et les responsabilités soient bien clairs et que les liens entre les plans soient bien définis avant la survenue d'une période de chaleur accablante. Dans le cadre du SAIC de l'Ontario HWIS, les bureaux de santé peuvent s'attendre à :

  • recevoir des avertissements de chaleur d'Environnement et Changement climatique Canada (ECCC);
  • communiquer de l'information reposant sur les avertissements de chaleur et les mesures de protection de la santé appropriées;
  • examiner les orientations fournies portant sur les partenariats locaux et les mesures de planification, et à communiquer avec les partenaires en vue de leur participation aux plans d'intervention en cas de chaleur ou de gestion d'urgence;
  • exercer une surveillance des répercussions de la chaleur sur la santé;
  • participer aux activités d'évaluation.

Aperçu du rôle des municipalités locales et des partenaires communautaires dans le SAIC :
Les municipalités et les organismes communautaires seront des partenaires clés des bureaux de santé. Les rôles précis peuvent varier. On recommande que les bureaux de santé incluent les partenaires locaux appropriés dans l'examen des orientations pour la planification des interventions décrites dans ce document. Certes, des mesures d'intervention locales continueront de s'inspirer grandement des différents plans d'intervention en cas de chaleur existant à l'échelle locale, mais il est possible d'améliorer les plans ou la coordination dans les secteurs suivants :

  • processus d’avis destiné aux partenaires locaux;
  • communications destinées au public et soutien des mesures de sensibilisation du public en matière de santé en cas de période de chaleur;
  • accès facilité aux espaces frais et à l'hydratation pour le public;
  • satisfaction des besoins propres aux populations vulnérables;
  • réponse aux incidences sur les services de santé fournis par les municipalités tels que les services médicaux d'urgence ou les soins de longue durée;
  • réponse aux incidences sur les infrastructures vitales telles que l'alimentation en électricité;
  • santé et sécurité au travail pour leurs propres employés lorsqu'il fait chaud;
  • mise en service éventuelle des centres des opérations d'urgence locaux et mise en œuvre des plans ou protocoles d'intervention d'urgence locaux, au besoin.

La participation des municipalités peut concerner divers services ou divisons, que ce soit dans le domaine social, récréatif ou des travaux publics, ainsi que de multiples partenaires communautaires, allant de la Croix-Rouge et des entreprises de services aux propriétaires et organisations confessionnelles, en passant par les petits organismes de services locaux.

Aperçu du rôle du ministère de la Santé et des Soins de longue durée dans le SAIC :
Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée a la responsabilité de fixer des normes pour les bureaux de santé et de surveiller leurs activités. Le ministère assume la gestion des urgences provinciales dans les domaines de la santé humaine, des maladies et épidémies et des services de santé pendant une situation d'urgence :

  • La Division de la santé de la population et de la santé publique conseillera régulièrement les bureaux de santé sur les activités de planification et d'évaluation.
  • Même si les mesures d'intervention en cas de chaleur figurent souvent dans les plans d'intervention locaux, une coordination supplémentaire provinciale de la gestion des situations d'urgence pourrait être nécessaire dans le cas de situations d'urgence imputables à la chaleur qui sont étendues, graves ou prolongées, ou dont les répercussions sur le système de soins de santé sont importantes (p. ex., coupure d'électricité à grande échelle).

Aperçu du rôle d'Environnement et Changement climatique Canada dans le SAIC :

  • Surveillance météorologique, prévisions, et émission de préavis, de bulletins météorologiques spéciaux et d'avertissements de chaleur;
  • Activités d'évaluation.

Aperçu du rôle de Santé Canada et de Santé publique Ontario dans le SAIC :

  • fournir de l'information sur la santé en période de chaleur fondée sur des données probantes;
  • fournir les lignes directrices et les pratiques exemplaires.

Chapitre 2 : Éléments déclencheurs des avertissements de chaleur

Grâce au soutien de Santé Canada, Santé publique Ontario a mené une étude épidémiologique afin de mieux comprendre les effets de la chaleur extrême sur la santé en Ontario et d'appuyer les bureaux de santé dans la mise en œuvre d'un système d'avertissement et d'information de chaleur harmonisé qui repose sur des données probantes sur la santé et qui est représentatif de l'environnement local de chaque bureau de santé. Les critères liés à la santé pour le nouveau système d'avertissement de chaleur de l'Ontario ont été établis d'après la relation existant entre le taux de mortalité, la température de l'air et l'humidex, et autres facteurs clés tels que la pollution de l'air, le climat et les caractéristiques démographiques. Ces éléments déclencheurs ont été déterminés dans trois régions comme l'illustre la figure 1.

Figure 1 : Carte des régions chaudes de l'Ontario

Carte des régions chaudes de l'Ontario

Les critères pour déterminer les éléments déclencheurs d'avertissements de chaleur pour la santé ont été définis en tenant compte des résultats de l'étude épidémiologique menée par les bureaux de santé ainsi que des meilleures pratiques et leçons tirées de l'expérience d'autres organismes communautaires canadiens. Les critères d'avertissement de chaleur ont été élaborés en fonction de l'intensité et de la durée de la période de chaleur. Tous les niveaux d'alerte reposent sur les prévisions des conditions météorologiques, comme l'illustre le tableau 1.

Tableau 1 : Régions touchées par des avertissements de chaleur et éléments déclencheurs associés (région, intensité et durée)

Régions touchées par des avertissements de chaleur

Conditions météorologiques

Durée

Extrême Sud-Ouest de l’Ontario

*Tmax ≥ 31 °C et Tmin ≥ 21 °C
OU
Humidex ≥ 42

2+ jours

Sud de l’Ontario

*Tmax ≥ 31 °C et Tmin ≥ 20 °C
OU
Humidex ≥ 40

2+ jours

Nord de l’Ontario

*Tmax ≥ 29 °C et Tmin ≥ 18 °C
OU
Humidex ≥ 36

2+ jours

*Tmax représente la température maximale pendant le jour et Tmin, la température minimale pendant la nuit.

**Un avertissement de chaleur est émis si la période de chaleur dure 2 jours, tandis qu'un avertissement de chaleur prolongé concerne une période de chaleur de plus de 3 jours.

Avertissements de chaleur prolongés

Un avertissement de chaleur émis par ECCC pour une période de chaleur de plus de 3 jours constituerait un avertissement de chaleur prolongé pour le bureau de santé local. Même si le terme consacré par ECCC pour qualifier une période prolongée ne changera pas (p. ex., « avertissement de chaleur »), on recommande vivement aux bureaux de santé d'utiliser la terminologie « avertissement de chaleur prolongé » lorsqu'ils doivent communiquer de l'information sur une période de chaleur qui répond aux critères d'avertissement de chaleur d'une durée supérieure à 2 jours.

Même si les avertissements de chaleur prolongés reposent sur les conditions météorologiques, on recommande vivement aux bureaux de santé de créer un palier allant de l'état d'avertissement de chaleur à celui d'avertissement de chaleur prolongé. Par exemple, si une période de chaleur de 3 jours est prévue, le bureau de santé doit avertir les partenaires ou diffuser un avertissement de chaleur le jour précédent le début de la période de chaleur (quand ECCC diffuse un avertissement de chaleur). Si au deuxième jour de la période de chaleur, ECCC indique que l'avertissement de chaleur continuera le troisième jour, le bureau de santé passera à l'état d'avertissement de chaleur prolongé pour le(s) jour(s) suivant(s) (ou diffusera un avertissement de chaleur prolongé). Un exemple de processus de transmission au palier supérieur est décrit dans le tableau 2. Les avertissements de chaleur prolongés ne sont pas émis ou diffusés par ECCC.

Un bureau de santé peut tenir compte de facteurs locaux supplémentaires pour atteindre l'état d'avertissement de chaleur, par exemple des résidants n'étant pas habitués à la chaleur accablante en début de saison, des pannes d'électricité pouvant avoir une incidence sur la capacité des populations vulnérables à se rafraichir et la surveillance des visites dans les hôpitaux due à la chaleur extrême.

Tableau 2 : Exemple de mesure prise par le bureau de santé en réponse à l'accumulation des éléments déclencheurs d'avertissements de chaleur

Mesure

Jour -1

Jour 0

Jour 1

Jour 2

Jour 3

Jour 4

Jour 5

ECCC

Préavis : période de chaleur prévue dans 2 à 4 jours, peut durer plus de 3 jours

Avertissement de chaleur émis aujourd'hui pour la période de chaleur débutant demain (les bureaux de santé reçoivent un préavis d'une heure avant la diffusion d'un avertissement public)

L'avertissement de chaleur se poursuit au moins 3 jours

L'avertissement de chaleur se poursuit 2 jours de plus

Avertissement de chaleur toujours en vigueur

Avertissement de chaleur n'est plus en vigueur dès demain

Fin de l'avertissement de chaleur

Bureau de santé publique

Peut avertir les partenaires

Avertit les partenaires et les représentants des médias : les critères d'avertissement de chaleur s'appliquent; certains bureaux de santé peuvent émettre un avertissement de chaleur.

Avertissement de chaleur en vigueur — peut informer les partenaires que les conditions météorologiques devraient se prolonger pendant au moins 3 jours.

Avertissement de chaleur en vigueur — informe les partenaires que l'avertissement de chaleur se poursuit ou que les critères d'avertissement de chaleur prolongé s'appliquent; certains bureaux de santé peuvent émettre un avertissement de chaleur prolongé.

Avertissement de chaleur prolongé en vigueur

Avertissement de chaleur prolongé en vigueur, mais atténuation progressive. Informe les partenaires que la période de chaleur ne devrait pas se prolonger jusqu'au jour 5.

Peut informer les médias que la période de chaleur est terminée ou que l'avertissement de chaleur prolongé prend fin

Même si les bureaux de santé informent les partenaires et les médias, certains de ces bureaux peuvent rédiger un message d'avertissement de chaleur (en s'appuyant sur l'avertissement de chaleur émis par ECCC), tandis que d'autres peuvent choisir de diffuser simplement l'avertissement de chaleur d'ECCC. Cependant, il est important de noter que ces avis et diffusions s'appuient sur les critères d'ECCC en ce qui a trait aux avertissements de chaleur. Comme il a été mentionné plus haut, les bureaux de santé peuvent prendre en compte de facteurs additionnels lorsqu'on atteint le palier « avertissement de chaleur prolongé ». Il est possible que les bureaux de santé doivent diffuser des communications dans les médias. Cependant, il revient aux médecins-conseils en santé publique de décider de la façon dont les processus seront mis en œuvre.

Chapitre 3 : Processus d'avertissement

Le Centre de prévision des intempéries d'ECCC en Ontario diffusera des avertissements de chaleur avec un préavis de 18 à 24 heures en cas de période de chaleur. Afin de déterminer à quel moment l'avertissement doit être émis, les spécialistes des prévisions météorologiques évalueront avec certitude qu'il y aura deux jours consécutifs qui répondent aux critères établis pour l'humidex et les températures (maximum le jour et minimum la nuit). Un avertissement de chaleur sera émis si les conditions de températures et d'humidex sont remplies. ECCC appliquera les critères, qui varient dans l'ensemble de la province, aux trois régions comme l'illustre la figure 1.

Les météorologues aux alertes d'ECCC et les prévisionnistes opérationnels du Centre de prévision des intempéries d'ECCC appuient la mobilisation précoce des bureaux de santé en les informant à l'avance de la diffusion d'un avertissement de chaleur. Cette initiative permet aux bureaux de santé d'améliorer la surveillance météorologique, d'intervenir auprès des plus vulnérables et de se préparer à la diffusion éventuelle d'un avertissement de chaleur de la part d'ECCC. ECCC informera les bureaux de santé à l'avance lorsque les prévisions indiquent le dépassement de l'état seuil. Le préavis sera envoyé aux bureaux de santé concernés sous forme d'un courriel, avant 15 h, de 2 à 4 jours avant le début de la période de chaleur prévue. Les bureaux de santé peuvent décider de communiquer ce préavis à leurs partenaires clés, ou attendre l'avertissement officiel d'ECCC. On indiquera dans le courriel les conditions prévues et leur durée ainsi que les attentes auxquelles les bureaux de santé doivent se conformer en matière d'avertissement de chaleur. Le courriel sera mis à jour quotidiennement, 7 jours par semaine, et continuera de mettre l'accent sur les critères que les bureaux de santé doivent respecter en matière d'avertissement de chaleur. Ces avis seront publiés chaque jour jusqu'à la diffusion de l'avertissement. Lorsque les prévisions de période de chaleur se confirment et qu'un avertissement de chaleur est sur le point d'être rendu public par ECCC, les bureaux de santé concernés seront informés au moins une heure à l'avance. Les critères d'avertissement reposent sur les prévisions heure par heure et la persistance de la période de chaleur. Un avertissement de chaleur émis par ECCC pour une période de chaleur de plus de 3 jours constituerait un avertissement de chaleur prolongé pour le bureau de santé local.

Résumé des activités des bureaux de santé fondé sur les avis émis par ECCC :

  • Préavis – les bureaux de santé diffusent des avis à l'intention des partenaires clés.
  • Avertissement de chaleur – les bureaux de santé informent les partenaires clés et démarrent les activités de communication, p. ex., les activités médiatiques, afin de communiquer de l'information au public au sujet des risques et des mesures de protection à prendre pour la santé, s'appuyant sur l'avertissement de chaleur émis par ECCC.
  • Avertissement de chaleur prolongé – (l'avis émis par ECCC indique que l'avertissement de chaleur est prolongé au-delà de 2 jours) – dans un contexte de planification locale, les bureaux de santé communiquent un message d'avertissement de chaleur prolongé et collaborent avec les partenaires municipaux et communautaires pour mettre en œuvre les activités d'intervention.

Les plans d'intervention en cas de chaleur existants pourraient nécessiter certaines modifications. Grâce à la mise en place de ce nouveau système (SAIC), les bureaux de santé devront peut-être diffuser des communications supplémentaires à l'intention des médias. Cependant, il revient aux médecins-conseils en santé publique de décider de la façon dont les processus de communication seront mis en œuvre.

Un bulletin météorologique spécial sera émis à la discrétion du Centre de prévision des intempéries, dans lequel sera annoncé la première prévision de période de chaleur de la saison jusqu'à la fin de semaine de la fête du Canada. La diffusion du bulletin s'effectuera lorsque les conditions météorologiques ne répondent pas aux critères d'avertissement de chaleur, mais présente quand même un risque pour la santé, notamment pour les personnes vulnérables aux effets de la chaleur qui ne sont pas encore habituées au temps plus chaud. Le Centre de prévision des intempéries doit utiliser chaque jour un seul critère (la température maximale ou l'indice humidex maximal, ou les deux) pour élaborer un bulletin météorologique spécial concernant les régions touchées. Idéalement, l'information contenue dans le bulletin sera pertinente sur le plan géographique pour chaque région touchée par la chaleur. Le Centre de prévision des intempéries conserve un pouvoir d'appréciation quant à l'émission de bulletins météorologiques spéciaux pour d'autres périodes de chaleur d'une journée durant la saison. Il doit fournir des préavis par courriel une heure avant la diffusion du bulletin météorologique spécial. Dans tous les cas, l'avertissement de chaleur a préséance sur le bulletin météorologique spécial.

Le diagramme ci-dessous indique les étapes clés du processus d'avertissement de chaleur. Ces étapes ne sont pas nécessairement consécutives. Par exemple, la procédure d’avis peut être lancée au stade d'avertissement de chaleur, ou la période de chaleur pourrait s'atténuer, sans qu'il y ait d'avertissement de chaleur prolongé.

Processus d'avis et d'avertissement d'ECCC à l'intention des bureaux de santé et des partenaires communautaires

Le diagramme ci-dessous indique les étapes clés du processus d'avertissement de chaleur.

Chapitre 4 : Communication et diffusion de messages

La nécessité de normaliser la diffusion de messages sur la santé en période de chaleur est considérée comme un élément clé pour l'harmonisation du SAIC. Un certain nombre de bureaux de santé et de municipalités communiquent de l'information sur la santé en période de chaleur aux résidants, tandis que certaines régions en Ontario ne le font pas. Si l'on n'adopte pas une approche cohérente, les résidants, qui sont exposés aux messages des territoires voisins, ont souvent de la difficulté à comprendre les termes utilisés dans les avertissements ainsi que les éléments déclencheurs. La cohérence est tout aussi importante dans le type de communication utilisé pour la diffusion de messages sur la santé en période chaleur que dans les termes utilisés dans la communication.

Comme il a été mentionné dans le chapitre 2, même si l'on recommande vivement aux bureaux de santé d'intégrer la terminologie « avertissement de chaleur », certains de ces bureaux peuvent rédiger un message d'avertissement de chaleur (en s'appuyant sur l'avertissement de chaleur émis par ECCC), tandis que d'autres peuvent choisir de diffuser simplement l'avertissement de chaleur d'ECCC.

Le moment de la diffusion de ces messages peut aussi être mieux choisi par une prise de conscience précoce partout dans de la province, avant l'arrivée de la saison chaude et de la période de chaleur, contribuant ainsi à une meilleure connaissance des effets de la chaleur sur la santé et une meilleure préparation du public. De plus, les communications postévénements sont souvent omises des plans de communication de l'Ontario sur la santé en période de chaleur, une occasion manquée pour le travail de sensibilisation et pour la diffusion de messages à l'intention de ceux qui composent avec le stress postévénement.

Les municipalités et les bureaux de santé ciblent les mêmes populations vulnérables aux effets de la chaleur. Si elles sont coordonnées efficacement, les campagnes de communication sur les effets de la chaleur sur la santé peuvent être renforcées grâce à une diffusion élargie. Il est essentiel de recourir à une diffusion de message uniforme et normalisée.

Rapport de Santé Canada intitulé Communiquer les risques des périodes de chaleur accablante pour la santé : Trousse à l'intention des responsables de la santé publique et de la gestion des urgences (Trousse) http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/climat/heat-chaleur/index-fra.php, contenant des messages sur la chaleur et la santé rigoureusement scientifiques pour la population. Les bureaux de santé doivent utiliser ces messages dans leurs communications relatives à la santé en période de chaleur.

Messages sur la chaleur et la santé de Santé Canada

Message 1 : Les maladies liées à la chaleur sont évitables.

Message 2 : Bien que la chaleur accablante puisse rendre tout le monde vulnérable aux maladies liées à la chaleur, les risques pour la santé sont plus grands pour :

  • les adultes plus âgés;
  • les nourrissons et les jeunes enfants;
  • les personnes qui ont des affections chroniques, comme des difficultés respiratoires, des problèmes cardiaques ou des maladies psychiatriques;
  • les personnes qui travaillent à la chaleur;
  • les personnes qui font de l'exercice à la chaleur;
  • les sans-abri;
  • les salariés à faible revenu.

Message 3 : Si vous prenez des médicaments ou si vous avez un problème de santé, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si cette situation vous rend plus vulnérable à la chaleur et suivez ses recommandations.

Message 4 : Les maladies liées à la chaleur englobent le coup de chaleur, l'épuisement dû à la chaleur, l'évanouissement provoqué par la chaleur, l'œdème de chaleur (enflure des mains, des pieds et des chevilles), les boutons de chaleur et les crampes de chaleur (crampes musculaires). Surveillez les symptômes des maladies liées à la chaleur, notamment :

  • étourdissements ou évanouissement;
  • nausées ou vomissements;
  • maux de tête;
  • respiration ou battement cardiaque rapide;
  • soif extrême;
  • miction moins fréquente et urine de couleur jaune foncé inhabituelle.

Si vous éprouvez n'importe lequel de ces symptômes pendant une chaleur accablante, rendez-vous sans tarder dans un endroit frais et buvez des liquides, de l'eau de préférence.

Message 5 : Le coup de chaleur est une urgence médicale! Composez le 911 ou votre numéro d'urgence local immédiatement si vous prenez soin d'une personne, comme un voisin, dont la température corporelle est élevée et qui est inconsciente ou confuse ou qui ne transpire plus. En attendant de l'aide — rafraîchissez la personne sans tarder en :

  • la déplaçant vers un endroit frais, si vous le pouvez;
  • appliquant de l'eau froide sur des régions importantes de la peau ou des vêtements;
  • éventant la personne autant que possible.

Message 6 : Rendez fréquemment visite aux voisins, aux amis et aux membres de la famille plus âgés, surtout à ceux qui souffrent d'une maladie chronique, afin de vous assurer qu'ils sont au frais et qu'ils sont hydratés.

Message 7 : Buvez beaucoup de liquides frais, surtout de l'eau, avant d'avoir soif, de manière à diminuer votre risque de déshydratation. La soif n'est pas un bon indicateur de déshydratation.

Message 8 : Réorganisez ou planifiez vos activités à l'extérieur pendant les périodes les plus fraîches de la journée.

Message 9 : Portez des vêtements amples, de couleurs pâles, faits de tissus qui respirent.

Message 10 : Ne laissez jamais des gens ou des animaux de compagnie dont vous prenez soin dans un véhicule stationné ou à la lumière directe du soleil.

Message 11 : Évadez-vous de la chaleur en passant quelques heures dans un endroit frais. Cela pourrait être une zone à l'ombre des arbres, une piscine ou un endroit climatisé, comme un édifice public, un centre commercial, un magasin d'alimentation, un lieu de culte ou une bibliothèque publique.

Message 12 : Prenez des douches ou des bains frais jusqu'à ce que vous soyez rafraîchi.

Message 13 : Préparez des repas qui n'ont pas besoin d'être cuits au four.

Message 14 : Empêchez le soleil d'entrer en fermant les volets, les rideaux ou les stores le jour.

Message 15 : Évitez de vous exposer au soleil. Protégez-vous du soleil avec un chapeau à large bord qui respire ou sous un parasol.

Messages complémentaires

Message 16 (chaleur et santé dans le nord) : La chaleur accablante expose tout le monde à un risque de maladies liées à la chaleur. Les personnes vivant dans les régions où le climat est plus frais sont plus vulnérables aux effets de la chaleur que celles qui vivent sous un climat plus chaud et qui ont pu s'habituer aux températures élevées. Les maladies liées à la chaleur englobent le coup de chaleur, l'épuisement dû à la chaleur, l'évanouissement provoqué par la chaleur, l'œdème de chaleur (enflure des mains, des pieds et des chevilles), les boutons de chaleur et les crampes de chaleur (crampes musculaires). Surveillez les symptômes des maladies liées à la chaleur, notamment :

  • étourdissements ou évanouissement;
  • nausées ou vomissements;
  • maux de tête;
  • respiration ou battement cardiaque rapide;
  • soif extrême;
  • miction moins fréquente et urine de couleur jaune foncé inhabituelle.

Si vous éprouvez n'importe lequel de ces symptômes pendant une chaleur accablante, rendez-vous sans tarder dans un endroit frais et buvez des liquides, de l'eau de préférence.

Message 17 (chaleur, qualité de l'air et santé) : Réduisez les activités intenses durant les périodes de chaleur accablante et prévoyez les activités physiques aux moments les plus frais de la journée. Faites de l'exercice dans un endroit climatisé, ou un emplacement extérieur plus frais comme une zone à l'ombre des arbres loin de la circulation intense afin d'éviter les taux de pollution atmosphérique élevés. La pollution atmosphérique a tendance à atteindre des niveaux plus élevés les jours de grandes chaleurs; référez-vous à la Cote air santé (CAS) de votre quartier pour connaitre la qualité de l'air.

Messages destinés aux médias sociaux

Vaincre la chaleur : Préparez-vous aux vagues de chaleur — Aînés— Connaissez vos risques! http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/climat/heat-adults-chaleur/index-fra.php

L’excès de chaleur dans la voiture peut tuer nos meilleurs amis en quelques minutes. Ne laissez pas d'animaux dans la voiture!
http://healthycanadians.gc.ca/healthy-living-vie-saine/environment-environnement/sun-soleil/heat-extreme-chaleur-eng.php

Épuisement dû à la chaleur? Coup de chaleur? Il s'agit d'une urgence médicale! Connaitre les signes et les symptômes.
http://canadiensensante.gc.ca/healthy-living-vie-saine/environment-environnement/sun-soleil/heat-extreme-chaleur-fra.php?_ga=1.21573883.1733772075.1472146451 

Annexe  1

Conseils de planification : Consultation de la communauté pour le SIAC
Les bureaux de santé publique travaillent de concert avec les municipalités et les partenaires de la communauté pour mettre en place des plans d’intervention locaux. Les bureaux de santé doivent veiller à ce que les rôles et les responsabilités soient bien clairs et que les liens entre les plans soient bien définis avant l’arrivée de la saison chaude. Comme mentionné précédemment, les mesures d’intervention et les rôles précis dans les plans d’intervention locaux en cas de chaleur accablante varient d’une municipalité à l’autre. La présente section a pour but d’aider les bureaux de santé publique à consulter les partenaires municipaux et communautaires appropriés en matière de planification des interventions en cas de chaleur accablante.

Les partenaires municipaux et communautaires peuvent, par exemple, inclure :

  • Divers services ou secteurs municipaux, notamment :
    • Gestion des situations d’urgence
    • Services sociaux et services communautaires
    • Logements/refuges
    • Services d’incendie, de police et d’ambulance
    • Autres services de santé offerts par la municipalité, comme les soins à long terme (lorsque pertinent), les programmes de soutien à domicile ou les programmes de centres de santé communautaires
    • Centres communautaires/centres de loisirs/parcs
    • Travaux publics
    • Transports en commun
    • Transports et urbanisme
    • Bibliothèques et autres lieux municipaux qui pourraient être utilisés à des fins de refroidissement
  • Grands OSBL comme la Croix-Rouge ou l’Armée du salut, en particulier si les municipalités ont conclu des ententes avec ceux-ci pour des services particuliers (p. ex. : approvisionnement en eau, soutien aux centres de refroidissement) pendant les interventions en situation d’urgence
  • Services communautaires en matière de logement et organismes/entreprises de logement avec services de soutien, maisons de retraite, concierges dont les populations peuvent être à risque plus élevé en raison de leur exposition à la chaleur ou de leur vulnérabilité à celle-ci
  • Partenaires du système de santé, notamment des maisons privées de soins de longue durée, des centres de santé communautaires, des services d’intervention en matière de santé, des hôpitaux, des centres d’accès aux soins communautaires et les réseaux locaux d’intégration des services de santé
  • Les écoles et les services de garde
  • Les installations de loisirs/les centres communautaires qui ne sont pas exploités par la municipalité, en particulier ceux qui disposent d’eau (p. ex. : piscines ou jeux d’eau)
  • Les propriétaires d’entreprises locales, en particulier si des espaces de vente au détail, comme des centres commerciaux, sont utilisés à des fins de refroidissement

Annexe 2

Conseils de planification : Activités de préparation et d’intervention liées au SIAC
En plus des déclencheurs et des activités principales relatives aux avis et aux communications que nous avons déjà décrits, il faut tenir compte d’un certain nombre d’activités fondamentales dans un SIAC local. Ces activités peuvent être classées dans l’une des catégories suivantes :

  • Préparation
  • Intervention

Le diagramme de Santé Canada ci-dessous présente une autre façon de visualiser les activités liées au SIAC — il les décrit en fonction des saisons : Avant la saison chaude; saison chaude; après la saison chaude; et hors saison. Ces concepts fournissent tous deux un cadre de référence pour les bureaux de santé et leurs partenaires, afin qu’ils puissent s’assurer que tous les systèmes sont en place pour gérer efficacement les épisodes de canicule. 

Le diagramme de Santé Canada ci-dessous présente une autre façon de visualiser les activités liées au SIAC — il les décrit en fonction des saisons : Avant la saison chaude; saison chaude; après la saison chaude; et hors saison.
Source : Santé Canada 2011

On encourage les bureaux de santé à intégrer les activités liées au SIAC dans leurs plans :

Préparation — les activités peuvent inclure ce qui suit, sans s’y limiter :

  • Repérer et établir des liens avec de grands partenaires, notamment des services/divisions municipaux, des partenaires communautaires, et des partenaires du système de santé touchés par le temps chaud ou qui ont un rôle à jouer dans les interventions par temps chaud
  • Procéder à une évaluation locale des risques auxquels les populations pourraient être vulnérables, en raison d’une exposition accrue à la chaleur, leur susceptibilité à la chaleur, ou d’autres facteurs nuisant à leur capacité de prendre des précautions individuelles ou d’accéder à des mesures planifiées d’atténuation des risques. Selon l’évaluation locale des risques, les populations sur lesquelles se concentrer pourrait inclure (sans s’y limiter) :
    • Les enfants et les nourrissons
    • Les adultes âgés, en particulier ceux qui ont une santé fragile et qui sont isolés
    • Les personnes qui font de l’exercice par temps chaud
    • Les personnes aux prises avec une maladie chronique ou ayant une déficience physique, notamment :
      • une affection du système cardiovasculaire ou respiratoire
      • un trouble psychiatrique
      • des troubles rénaux
      • Prise de médicaments qui ont une incidence sur la sensibilité à la chaleur en nuisant aux fonctions de réfrigération du corps ou de rétention de l’eau/du sel (p. ex. antihypertenseurs, antidépresseurs, antipsychotiques, médicaments contre la maladie de Parkinson)
      • Dépendance envers d’autres personnes pour accomplir les tâches de la vie quotidienne ou pour communiquer
    • Personnes socialement défavorisées (p. ex. : sans-abris/personnes à logement précaire, personnes à faible revenu)
    • Groupes professionnels exposés à la chaleur
  • Déterminez s’il serait faisable d’offrir un service d’inscription aux populations vulnérables qui pourraient avoir besoin d’avis ou de visites à domicile pendant les alertes. Les registres de populations vulnérables sont reconnus comme étant difficiles à créer et à tenir à jour, et, dans bien des cas, de tels registres pourraient ne pas être envisageables. Cependant, des organismes partenaires locaux pourraient offrir des options en la matière (vous trouverez un exemple ici : https://www.soovpr.com/).  
  • Trouvez les principaux partenaires locaux qui peuvent vous aider à accéder et à soutenir les groupes vulnérables, y compris ceux qui pourraient tirer profit d’une éducation sur les risques associés à la chaleur (p. ex. : les responsables d’édifices résidentiels ou les groupes vulnérables à la chaleur)
  • Planifiez en tenant compte de la disponibilité de l’eau potable (p. ex. : installez des abreuvoirs, identifiez les postes d’eau portatifs, définissez les options d’alimentation en eau potable pour les refuges pour sans-abris)
  • Déterminez les options de refroidissement offertes aux membres du public qui n’ont pas de climatisation à la maison. Évaluez les besoins, notamment :
    • S’il est nécessaire d’offrir du transport vers les centres de refroidissement
    • S’il est nécessaire d’offrir un hébergement de nuit
    • Si le centre de refroidissement prévu dispose de mesures d’accessibilité pour les populations handicapées ou fragiles et celles qui dépendent de technologies médicales
    • Si le centre de refroidissement prévu a la capacité d’accepter les animaux de compagnie et/ou les animaux-guides
    • Quels centres de refroidissement possèdent les dispositifs nécessaires pour continuer de fonctionner en cas de panne d’électricité, et si d’autres sites de refroidissement doivent aussi être mis sur pied
    • S’il existe des obstacles financiers à régler (p. ex. : payer le coût d’entrée des piscines publiques) 
  • Selon l’évaluation, équipez les espaces de refroidissement au besoin (p. ex. : eau potable, collations, lits pliants, premiers soins ou soins médicaux)
  • Les options de refroidissement peuvent notamment comprendre :
    • Des propriétés/installations publiques climatisées, comme des bibliothèques ou des centres communautaires
    • Des pièces ou des espaces communs climatisés dans des lieux résidentiels, comme des immeubles à logements)
    • Des espaces privés climatisés, comme des centres commerciaux ou des cinémas
    • Des parcs communautaires et d’autres espaces verts ombragés
    • Piscines ou jeux d’eau communautaires
    • Prolongation des heures d’ouverture ou réduction des frais/des prix des billets pour toute installation mentionnée ci-dessus
  • Examinez les obstacles financiers qui peuvent empêcher les personnes de se refroidir, et si des mesures d’atténuation sont possibles (p. ex. : factures de services publics, coût des ventilateurs et des climatiseurs)
  • Assurez-vous que les plans de continuité des opérations comprennent des dispositions liées au fonctionnement par temps chaud, y compris des plans de contingence liés au personnel pour les mois de vacances et l’identification des membres du personnel qui pourraient être vulnérables à la chaleur et doivent être réaffectés
  • Élaborer un plan d’évaluation

Éducation du public :

  • Trouvez les principaux partenaires locaux qui peuvent vous aider à accéder et à soutenir les groupes vulnérables, y compris ceux qui pourraient tirer profit d’une éducation ciblée ou précise sur les risques associés à la chaleur (p. ex. : les responsables d’édifices résidentiels ou les groupes vulnérables à la chaleur)
  • Créer et offrir aux membres du public de l’éducation et des communications sur la façon de se protéger et de protéger par temps chaud, y compris des communications ou documents ciblés pour les populations vulnérables. Vous pouvez trouver un exemple de communications et de documents au http://www.hc-sc.gc.ca/ewh-semt/pubs/climat/index-fra.php.
  • Mettre sur pied et offrir un formation aux principaux partenaires en matière d’intervention, lorsque nécessaire.
  • L’information devrait être offerte dans divers formats et devrait répondre aux besoins de votre communauté. Si possible, il pourrait être avantageux de créer une page Web présentant des renseignements sur la chaleur, que le public pourrait consulter et sur lequel il pourrait trouver des ressources utiles.

Médias :

  • Utilisez les médias locaux comme outil important pour vous assurer que les messages sur la façon de protéger sa santé pendant un épisode de chaleur parviennent aux membres du public.
  • Utilisez les médias sociaux et d’autres médias pour diffuser des renseignements sur des interventions données, notamment les emplacements des centres de refroidissement ou leurs heures d’ouverture, ou les lignes téléphoniques d’assistance que les membres du public peuvent appeler pour obtenir plus de renseignements sur la façon de gérer la chaleur.

Les activités d’intervention peuvent notamment comprendre :

  • Travailler de concert avec les partenaires et communiquer avec ceux-ci pour ouvrir des centres de refroidissement et s’assurer que leurs emplacements et leurs heures d’ouverture sont communiqués clairement
  • Travailler de concert avec les partenaires et communiquer avec ceux-ci pour mettre en place des options d’hydratation, notamment des postes d’eau portatifs ou la distribution d’eau potable dans des refuges pour sans-abris et des dans parcs, et s’assurer que les activités et les lieux sont communiqués clairement
  • Si des options d’inscription ont été mises en place, vérifiez que les personnes vulnérables à la chaleur qui se sont préinscrites se portent bien, comme convenu (p. ex. : visite ou appel téléphonique)
  • De concert avec les principaux partenaires, offrir des services aux groupes identifiés comme étant vulnérables à la chaleur
  • Communiquez avec vos partenaires du milieu des soins de santé relativement à la mise en œuvre des plans d’intervention des hôpitaux, des CASC et maisons de SLD
  • En partenariat ou en consultation avec les municipalités, modifiez ou annulez les événements sportifs ou extérieurs prévus dans les services de garde, les camps de jour, etc.
  • Modifiez les cycles de travail-repos pour les travailleurs du secteur public exposés à une chaleur extrême

Récapitulatif — urgence chaleur

Dans le cas où les plans de mesures d’urgence locaux sont mis en œuvre, on recommande aux bureaux de santé d’entreprendre un « suivi immédiat » — la collecte immédiate de rétroaction à la suite de l’épisode — et d’organiser une rencontre récapitulative. La rencontre récapitulative permet d’évaluer l’efficacité des plans, de tirer des leçons de l’expérience acquise, et de déterminer la mesure dans laquelle le processus s’est bien déroulé. Les interventions majeures en cas d’urgence sont généralement suivies d’un « compte rendu postaction » (CRPA), qui permet de fournir de la rétroaction sur le rendement des interventions d’urgence. Le CRPA résume ce qui s’est passé, analyse les résultats des tâches identifiées, et dévoile la capacité prouvée à atteindre l’objectif global des interventions. Le CRPA inclut également des recommandations d’améliorations à apporter au processus en fonction de l’analyse; ces améliorations peuvent faire l’objet d’un plan d’améliorations. Pour voir un exemple de CRPA, cliquez sur le lien suivant : https://www.emergencymanagementontario.ca/french/emcommunity/program_resources/exercise/exercise_aar_fr.html

Pour en savoir plus

Communiquer avec la Ligne Info de ServiceOntario au 1 800 268-1154
(Appels sans frais en Ontario seulement)
À Toronto, faites le 416-314-5518
ATS : 1 800 387-5559.
À Toronto, ATS 416-327-4282
Heures d'ouverture : 8 h 30 - 17 h

Les médias peuvent s'adresser à la Direction des communications et de l'information, au 416 314 6197, ou consulter la section Salle de presse.